boutique_49-1

Mélo’jeans fabriK, une révélation

Née à l’île de la Réunion, cadette d’une famille de cinq enfants, à l’époque, nous ne vivions pas dans l’opulence. Ma mère, jeune institutrice, avait à cœur de nous offrir une bonne éducation, de nous voir grandir dans l’insouciance et de préserver notre innocence. Elle avait pour passe-temps : la couture. Mes sœurs et moi portions avec fierté les petites robes, jupes, et petits hauts qu’elle taillait dans le tissu en s’appuyant sur des patrons et souvent même, à main levée.

boutique_49-1
boutique_49

Moi, petite fille aux cheveux roux, je regardais dans un coin de la pièce ma maman confectionner ces pièces uniques avec admiration après son travail, et, j’écoutais le “tac a tac a tac” caractéristique de sa machine à coudre. Plus grande, elle m’apprit à coudre à la main ainsi qu’avec sa machine. Sans le savoir, elle m’avait transmis le goût du beau, l’envie de faire par soi même avec ses propres moyens.

Des années plus tard, devenue maman à mon tour, mon passe-temps favori était de bricoler, fabriquer, créer des objets en bois recyclé et autres matériaux naturels que m’offrait la nature au détour d’une promenade. Je passais mon temps libre, pieds nus, comme quand j’étais enfant, les mains dans la sciure, à poncer, cirer, couper, assembler, clouer des pièces pour fabriquer des petits meubles et autres objets tout droit sortis de mon imagination. Mes enfants scolarisés, à chaque carnaval, de l’ananas vigoureux à la robe de princesse rose bonbon en passant par le coquillage scintillant, j’avais pour mission la confection de déguisements plus originaux les uns que les autres.

boutique_49
boutique_49

La vie étant ce qu’elle est, après un divorce, je rencontre un homme merveilleux avec qui j’ai une petite fille aux cheveux blond. La venue au monde de ce troisième enfant, ma deuxième fille, est pour moi un nouveau départ, un bouleversement, comme une prise de conscience. Mon corps avait littéralement changé et nombre de mes vêtements n’étaient plus à ma taille, mes jeans surtout. C’est à ce moment-là, que je décide de ressortir la machine à coudre et de faire naître Mélo’jeans fabriK.

Le concept est simple. Récupérer des jeans inutilisés et recyclables que vous ne portez plus, pour leurs donner une seconde vie, une seconde chance, en les transformant pour la confection de sacs à mains, de sacoches, de portefeuilles ; mais aussi de porte monnaie, de trousse ; ou encore pour recouvrir des meubles et créer divers objets de décoration pour la maison, etc…

Recycler et transformer ces jeans au fil de mon imagination. Recycler et transformer ces jeans en pièce originale, en pièce unique, en pièce 100% fait main, 100% Made in France, 100% Mélo’jeans fabriK.

boutique_49
boutique_49
boutique_49